Des lecteurs assidus - et plus culturels que politiques - s'inquiètent de ne plus trouver ici de chroniques littéraires régulières, l'actualité politique locale ayant pris le dessus (et le blog ayant retrouvé un peu de sa raison d'être initiale...).

Je les rassure, on n'en finit jamais avec la littérature et même en ces périodes denses, il y a toujours un moment dans la journée pour partir à la découverte d'une écriture, comme celle, énergique et sensible, d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Il reste aussi la satisfaction du lecteur de voir sa passion partagée par une communauté : la reconnaissance du livre de Thierry Beinstingel dont j'avais parlé ici par le jury du prix Amila-Meckert de Colères du Présent le 1er mai à Arras est un vrai bonheur.. et une invitation réitérée à lire ce livre !