Cher Bruno Bonduelle,

J’ai découvert il y a 18 ans, en arpentant le marché d’Armentières à vos côtés pour recueillir signatures et soutiens pour la candidature de Lille à l’organisation des Jeux Olympiques, la force d’une métropole quand elle s’appuie sur l’engagement et la mobilisation de toute une population.

J’ai admiré votre foi et votre idéal qui soulèvent les montagnes et permettent de relever les défis les plus fous.

Je n’ai cessé d’apprécier depuis votre liberté de ton et vos contributions iconoclastes destinées à faire bouger les frontières artificielles et les idées reçues.

L’une de vos dernières sorties m’intéresse d’autant plus qu’elle concerne Arras, ma ville, où vous proposez d’installer le siège d’un futur conseil régional « pour amadouer le Pas-de-Calais » (sic).

Malgré son inutile mépris sous-jacent, l’idée peut sembler séduisante pour aider Arras à s’affirmer comme un pôle métropolitain capable d’attirer décideurs et activités créatrices de valeur ajoutée urbaine.

Mais à y regarder de plus près, au-delà de l’intérêt politico-tactique de la provocation, elle peut se révéler aussi inefficace qu’improductive !

 En mettant des centaines de fonctionnaires régionaux sur la route ou dans des TER déjà bondés, elle exportera à Arras une partie de la paralysie quotidienne que vit la Métropole et elle aggravera les difficultés –déjà énormes pour une ville moyenne comme Arras – d’entrée et de sortie aux heures de pointe (plusieurs milliers de travailleurs qui entrent et sortent vers les bassins de Lens, Béthune, Lille ou Paris chaque jour)

 En transférant des emplois tertiaires publics déjà pourvus, elle ne créera aucun emploi local ni aucune valeur ajoutée. Pire elle mobilisera des financements publics et du foncier (construction de locaux,..) qui pourraient être plus utiles à des investissements créateurs de richesses pour le territoire.

Surtout, elle ignore superbement l’avis des Arrageois et la façon dont ils imaginent le futur de leur ville et son développement !

Si vous souhaitez sincèrement aider Arras au-delà de ce pavé dans la mare des initiés, venez réfléchir aux vrais défis qui attendent Arras :

- Attirer 2 ou 3 écoles de commerce et d’ingénieurs dans un cadre harmonieux et faire découvrir aux étudiants une qualité de vie qu’ils voudront conserver demain comme cadres et entrepreneurs en devenant des acteurs d’un renouveau économique par le logement (900 logements vacants à Arras) , la création de richesse (54% de la population arrageoise n’est pas imposable) et la dynamisation du commerce

- Donner à la Citadelle une vocation d’excellence qui permette de sortir de la logique du remplissage au coup par coup et au gré des opportunités

- Conforter le pôle d’excellence agro-alimentaire en travaillant davantage avec les grands industriels du secteur ayant leur siège dans la Métropole

- Faire émerger un pôle d’excellence des métiers du patrimoine en s’appuyant sur l’Histoire d’Arras et la présence de nombreux talents artistiques

- Défendre et améliorer encore la place ferroviaire d’Arras, avec la 3ème gare européenne notamment

- Réussir la "ville frugale", économe en énergie, en transports et en espace, en relocalisant les activités au plus près des lieux de résidence et en développant les métiers et solutions innovantes (coworking,…)

Cher Bruno Bonduelle, ne tombez pas dans les travers des professionnels de la politique que vous titillez souvent : il y a à Arras des talents, des idées, des citoyens prêts à s’engager pour bâtir un projet partagé et donner une direction et un espoir.

Je veux, avec Arras Passionnément, rassembler ces talents en dehors des jeux politiciens comme vous avez su fédérer toute une région pour des enjeux supérieurs.

Vous nous avez envoyé la balle avec cette petite provocation.

Allez jusqu’au bout et venez débattre avec nous des vrais enjeux de notre ville !