J'ai adressé ce jour la lettre ouverte suivante au maire d'Arras :

Monsieur le Maire,

Vous avez reçu, le 15 février dernier, un courrier des services de Monsieur le Préfet, confirmant l’analyse que nous avions faite du marché de relations presse attribué au cabinet Alquier pour un montant de 78.000 euros HT.

Comme nous l’avions craint et comme nous vous en avions alerté en séance du conseil municipal de Juillet dernier, ce marché ne respecte pas les procédures de mise en concurrence prévues par le code des marchés publics.

Ce marché est donc illégal, même si pour des raisons de délai, il ne peut plus être attaqué.

Dans ces conditions, vous vous grandiriez à suspendre ce marché et à le relancer dans les règles afin d’éviter toute suspicion.

Car à l’illégalité de cette commande s’ajoute l’obscurité sur ses objectifs : la formulation écrite est restée très floue (« réflexion autour des pratiques de relations presse » !) et vos commentaires en séance sur le nécessaire rayonnement d’Arras n’ont pas éclairé davantage sur le travail réel réalisé par ce cabinet.

Afin de lever toute ambiguïté aux yeux des Arrageois, je vous demande donc de nous communiquer, en séance du conseil municipal, le détail des actions entreprises par ce cabinet pour la promotion de la ville.