Jamais sans doute, le mot "crise" n'aura été autant employé que cette année. Avec des acceptions de plus en plus larges.

Générales pour désigner pêle-mêle tensions financières, déficits budgétaires, chômage mais aussi dérèglements climatiques, conflits internationaux,..

Bien concrètes pour un nombre croissant de nos concitoyens confrontés aux difficultés d'insertion, de logement, de fins de mois à boucler.

Mais la crise, c'est aussi, selon la formule de Gramsci "quand le vieux se meurt et que le jeune hésite à naître".

Michel Serres a éclairé brillamment dans Petite Poucette ces évolutions en profondeur qui vont donner la naissance à un monde nouveau : ainsi, en l'espace d'une vie humaine, nous sommes passés d'une société composée de 50% d'agriculteurs à 1% aujourd'hui et d'un monde de 2 à 7 milliards d'habitants où l'espérance de vie moyenne a triplé.

Surtout l'arrivée des nouvelles technologies depuis une vingtaine d'années est une révolution de même ampleur que l'invention de l'écriture et de l'imprimerie. Elle modifie la façon de travailler, de s'informer mais aussi d'enseigner ou de soigner.

Auparavant le professeur ou le médecin s'exprimaient avec une présomption de compétence qu'ils assénaient à leurs interlocuteurs.
Aujourd'hui, l'étudiant a accès en quelques clics à toutes les bibliothèques du monde avant (et même pendant..) le cours et le patient arrive devant le médecin en ayant déjà établi son auto-diagnostic sur Google.

La politique ne peut évidemment pas rester à l'écart de ces mutations profondes : fin des structures verticales et hiérarchiques, nouvelles institutions et nouvelle représentation politique à inventer, nouvelles modalités de décision collectives et en temps réel.

Déjà, des collectivités s'engagent dans cette voie de la construction collective comme à Mérignac, ou plus classiquement dans la diffusion des conseils municipaux ou des conseils de quartier en direct sur le Net.

La vraie modernité est là et pas, comme on voudrait nous le faire croire à Arras, dans les gadgets pour élus en quête d'image jeune.

Participer à la construction de ce monde nouveau est un défi passionnant et une chance pour nos générations !

Je forme le voeu que 2013 vous apporte la santé, l'énergie et la sérénité et vous donne l'envie d'être acteurs de cette société à réinventer.