Un bref retour sur l'élection de François Hollande Dimanche dernier.

Tout le monde sait que je n'ai jamais été socialiste mais je fais crédit au nouveau Président de sa volonté d'apaisement et de ses capacités de réconciliation des Français.
Ses premiers propos le soir de son élection sont de ce point de vue rassurants : "Ce soir, il n'y a pas deux France qui se font face, il n'y a qu'une seule France, qu'une seule nation unie dans le même destin. Trop de fractures, trop de blessures, trop de ruptures, trop de coupures ont pu séparer nos concitoyens, c'en est fini".

Il faudra maintenant juger aux actes et la marge de manoeuvre est étroite; François Hollande lui-même est conscient et inquiet de la "fluidité" du FN à droite et du risque que "quelque chose se constitue, pas au niveau des états-majors, mais au niveau des électeurs."

Sur ce chemin, se présentent d'abord les élections législatives. Le PS demande logiquement une majorité pour appliquer son programme. Comme l'analyse Hervé Gattegno, la campagne de l'UMP sur le thème "Votez pour empêcher le président qui vient d'être élu de gouverner" paraît difficile.

Localement, la majorité ne semble d'ailleurs pas montrer un empressement démesuré à s'engager dans cette campagne.

Le patron de l'UMP, président de la communauté urbaine, président du groupe UMP au conseil régional, adjoint au maire dit avoir renoncé de longue date pour se préparer "au mandat unique" (!?). Mais attend le lendemain des présidentielles pour l'annoncer et se mettre en quête d'un candidat.
Le maire d'Arras ne semble toujours pas décidé à acquérir une légitimité par le suffrage universel sur son territoire.
Et les deux s'accordent pour envoyer un soldat au casse-pipe à 4 semaines de l'élection et continuent à caporaliser leur majorité et à la soumettre à des choix qu'elle ne peut qu'avaliser.

Plus que jamais, je crois que ce sont les prochaines élections locales et municipales qui seront le moment du renouveau démocratique et d'un projet de territoire porté par les citoyens indépendants des consignes d'appareil politique.

Je préciserai prochainement quelle contribution j'entends apporter dans ce débat.