Quinze jours d'accueil d'un nouveau petit habitant dans la maison, de reprise du boulot.. et de chocs en tous genres.

Choc physique, un jeudi de l'Ascension qui se finit en atterissage forcé, le fils de 5 ans dans les bras, l'instinct paternel qui le protège et le front du père pour amortir : 3 points de suture, une folle soirée aux urgences et une semaine à arborer des décorations de chef indien sur la tête.

Choc des mots qui ne tient pas toutes ses promesses : je craque souvent pour un livre, juste sur la beauté du titre - c'est parfois réussi, Une interminable distraction au monde, de Betrand de Robillard, magnifique roman du couple qui cherche à inventer dans la pérennité - parfois plus ésotérique, Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l'ouest par les chemins, à l'est par un cours d'eau, promenade esthético-philosophique-japonisante que j'avoue avoir abandonnée en chemin.

Choc politique, avec la déclaration - boutade ? - de Jacques Chirac indiquant qu'il votera François Hollande. Où l'on découvre que l'humour corrézien peut avoir des échos profonds dans l'électorat de droite. Comme l'écrit Maurice Szafran dans Marianne "Peut-être Jacques Chirac, enfin débarrassé des contingences et des convenances qui lui ont tant pesées, exprime-t-il ce qu'il ressent, un dégoût pour la droite sarkozyste, une conception de la nation et de la république qui le rapproche, pour de vrai, d'un François Hollande."
J'en connais à qui ça parle !

Enfin, LE CHOC de la quinzaine, et probablement bien au-delà, c'est le roman d'Olivier Martinelli, La nuit ne dure pas, qui secoue comme du Selby ou du Fante (son modèle), écrit les doigts dans la prise comme les titres (de Daniel Darc à Mazzy Star) qui servent de trame au récit. Et pourtant pas besoin de références musicales particulières pour se laisser emporter, émouvoir, cueillir par l'histoire de ces 3 kids qui sortent de l'adolescence avec des doutes plein les poches et le rock'n roll comme religion.

J'ai tellement aimé ce bouquin qu'il s'est produit un truc assez rare chez moi : l'envie de connaître ce type de mon âge capable de puiser et de transmettre autant d'énergie et d'émotions.