Accueil > septembre 2010




Un coup de maître

Une écriture au couteau. Sans concessions. Qui vous prive peu à peu d'oxygène.

Anne Berest réussit, pour son premier roman, à faire du tissu banal de nos vies une histoire haletante, un suspense qui finit sur un coup au plexus puisque "personne ne pourra jamais se douter.. personne ne peut savoir".

Avec une maîtrise étonnante pour ce premier essai, elle traque la relation de trois soeurs, entre elles, avec leur père, avec leur belle-mère aussi mal acceptée qu'elle est maladroite..
"La fille de son père" aurait pu s'appeler "Nos proches, ces inconnus" et nourrir les thèses de Malraux sur "l'homme, ce misérable petit tas de secrets".

Mais c'est le premier roman d'une jeune femme dont on suivra attentivement les prochaines parutions !

Le testament d'Olympe

Retrouvez, sur Babelio, ma critique de ce roman brillantissime de Chantal Thomas.

Une profonde humanité

Je n'ai rien de bien original à ajouter au concert médiatico-politique sur le regard acéré de cet entomologiste de la société française, sur celui qui a si bien dépeint les travers et les vicissitudes de notre bourgeoisie.

Je garderai surtout le souvenir d'un dîner épique, dans le cadre du Festival de cinéma d'Arras avec l'équipe de Plan-Séquence, aux côtés de cet homme d'une profonde humanité et d'un sincère intérêt pour l'autre... l'oeil pétillant, une forme d'ironie bienveillante toujours en éveil, il m'avait fait raconter longuement ma campagne législative avec un appétit pour les moindres détails de la vie politique locale qui n'avait d'égal que son coup de fourchette avisé.

Salut l'artiste !

Correspondances

J'aime beaucoup ce joli mot de correspondances qui évoque tour à tour l'oeuvre épistolaire de certains de mes écrivains préférés (Zweig, Rolland, Hesse, Romains,..) mais aussi ces résonances particulières, comme un écho et un prolongement à ce qui nous définit et nous anime.. les "affinités électives" vues de chez Goethe.

Ainsi, en cette rentrée littéraire, deux jeunes écrivains français de talent, Olivier Adam et Eric Pessan viennent de mettre en scène le même personnage réel, Yukio Shige, ce policier japonais retraité qui arpente la côte à 400 kms de Tokyo pour dissuader les candidats au suicide du haut des falaises de Tojinbo.

Olivier Adam, qui le rebaptise Nitsuné en fait un personnage central dans "Le coeur régulier".
Sarah, quadra à la vie familiale professionnelle et familiale sans heurts ni surprises cherche à comprendre le cheminement de son frère disparu, Nathan, en marchant sur ses pas dans cette petite ville balnéaire du Japon où il semble avoir été enfin heureux. On retrouve tout le talent d'Olivier Adam pour dire nos petits renoncements et nos rêves laissés en chemin, les personnages en marge, le sentiment de solitude ou d'incompréhension. Roman après roman, il affirme son écriture toute en sensation qui relie l'intime et l'universel.
Pour notre plus grand bonheur !

Le passage de Shige dans "Incident de personne" d'Eric Pessan est plus anecdotique et vient nourrir le dialogue entre le narrateur et la femme qui a pris place à ses côtés dans ce TGV arrêté en pleine nature en raison d'un incident de personne, formule pudique de la SNCF pour annoncer un suicide sur les voies. Avec sa langue pure et sans concessions, Pessan interroge drôlement notre époque, le paradoxe d'une société de communication où il devient si compliqué de se parler, les fardeaux cachés que révélent les ateliers d'écriture animés par le narrateur. Epoustouflant !

Ma dernière découverte musicale me ramène à ce sentiment de "correspondance" et je n'ai pas été surpris d'aimer Syd Matters en découvrant sa forte inspiration littéraire (John Banville, Romain Gary,..) et, petit clin d'oeil, la participation aux percus de ce morceau, de Milo, musicienne d'Arnaud Fleurent-Didier que je me réjouis de retourner voir prochainement au Grand Mix.


Syd Matters - Hi Life
envoyé par kalamityp. - Regardez d'autres vidéos de musique.