Pas beaucoup de temps pour écrire ici, encore moins pour aller au théâtre; c'est donc toujours un mini-événement pour moi !

Installé dans l'espace somptueux des Bouffes du Nord - on croirait un théâtre préservé de Pompéi - et la magie opère aussitôt.

Remontent à la surface mes images d'années étudiantes, abonné au théâtre de la Salamandre de Gildas Bourdet, des émotions particulières dans le théâtre Salengro : Kantor, Beckett..

Le texte de Jean-Luc Lagarce est dans cette veine : la rengaine quasi-obsessionnelle d'une artiste déclassée, portée avec élégance et profondeur par Fanny Ardant.

On peut ne pas aimer, être dérangé par cette écriture dépouillée, l'absence d'histoire, on n'en sort pas indifférent.

Vive le spectacle vivant !