Après un début de week-end lensois, un Dimanche soir marqué par deux femmes Israéliennes.

.

Terminé "Suzanne la pleureuse" d'Alona Kimhi; un chemin de femme Israélienne qui s'ouvre à la vie, récit très touchant tant par la singularité du personnage de Suzanne que par l'universalité des doutes et des peurs qu'elle doit surmonter.



Vu le très beau film de Ronit Elkabetz et de son frère Les sept jours, un huis clos dans une famille en crise sur fond de société en guerre, servi par de remarquables acteurs.