Accueil > août 2008




Avis aux lecteurs du Monde

A ceux qui liraient le Monde daté du Jeudi 28 Août, page 23, le François Desmazière cité en bas de page, c'est bien moi... mais je ne suis pas devenu subitement premier secrétaire du PS Arrageois.

Par contre, je soutiens très sincèrement Elise Ovart-Baratte à l'occasion de la sortie de son livre "Les ch'tis c'était les clichés".. parce que j'en ai franchement ras-le-bol d'être réduit à la caricature de masse qui est faite des Nordistes.. et pourtant, j'aime ma région, j'aime Dany Boon qui était dans mon collège à Armentières, mais j'aurais préféré que la Région mette 600.000 euros pour soutenir les petites compagnies qui galèrent à Avignon, ou, tiens, le festival de cinéma d'Arras par exemple !

En attendant de lire le livre d'Elise, je vous renvoie au coup de gueule du grand Jacques Bonnaffé "Fricadelle et baraques à fric".

C'est vrai quoi, on est pas (que) des biloutes !

Médaille d'or

Je l'ai trouvé par hasard juste avant de partir .. c'est le livre "coup de poing" de mes vacances !

Plage.. de réflexion

C'est un intelligent magazine ferroviaire (rien que l'idée de confier une tribune mensuelle à Dominique A, si c'est pas intelligent, ça ?) qui met en scène un dialogue entre le psychanaliste Serge Tisseron et le visionnaire Joël de Rosnay sur l'impact des TIC dans nos vies professionnelles et intimes.

Je vous en livre un passage en guise de devoir de vacances : "La démocratie virtuelle ne peut en aucun cas remplacer la démocratie réelle. La confrontation sociétale, l'écoute des autres dans des situations de proximité physique (quartiers, villages, syndicats, partis,..) ne sont pas remplçables par l'électronique. Je perçois de plus en plus un certain désenchantement vis-à-vis de la technologie, une sorte de "blues des branchés". Je pense que le grand luxe, demain, sera sans doute d'être débranché pour éviter cette nouvelle "infopollution". Pour prendre simplement le temps de réfléchir."

Je ne suis pas totalement d'accord.. mais je débranche quand même tout pendant 2 semaines : le blog, facebook, viadeo.. et même les mails... direction là-bas.



Retour le 24 août !

La tentation de New-York ou la fin des trop longues carrières politiques

Renaud Dutreil, ministre de 2002 à 2007, vient d'annoncer, à 48 ans, son départ pour la filiale d'une grande entreprise française à New-York et son retrait de la vie politique 14 ans après son permier mandat de conseiller général.

Si je n'ai jamais eu d'affinités particulières avec lui et si mon parcours est bien plus modeste que le sien, les mots choisis pour annoncer ce retrait ne sont pas sans écho en moi.

Depuis mon entrée en politique, j'ai la conviction comme lui "qu'il n'y a pas qu'une façon de servir son pays, que la classe politique française a besoin d'aller voir ailleurs, dans d'autres pays, d'autres milieux professionnels."

Et je suis encore plus en phase avec Xavier Bertrand qui pense "qu'on ne fera plus carrière en politique comme on a pu le faire par le passé. Les carrières linéaires, immuables, c'est vraiment terminé. Tout en trouvant dommage qu'il y ait de moins en moins de quadras" en politique.Nos générations ont vraiment tout intérêt à jouer la complémentarité plutôt que la concurrence".

Chiche Xavier ? Alors tirons-en toutes les conséquences : interdiction définitive de tout cumul des mandats (y compris les mandats intercommunaux), limitation à deux mandats consécutifs (comme on vient de le faire pour le Président de la République), élection au suffrage universel direct des délégués communautaires, élections régionales et cantonales le même jour et dans la même circonscription, statut de l'élu qui offre une vraie formation et garantisse de vraies passerelles entre le mandat et la vie professionnelle parce qu'après tout, écouter, décider et expliquer ses choix, ça doit être transférable dans d'autres métiers, non ?

Voici quelques chantiers de nature à faire respirer un peu la vie politique.. et puis un peu de solidarité comme celle qu'organise le collectif tribord n'est jamais mal venue.

Femmes d'Israël

Après un début de week-end lensois, un Dimanche soir marqué par deux femmes Israéliennes.

.

Terminé "Suzanne la pleureuse" d'Alona Kimhi; un chemin de femme Israélienne qui s'ouvre à la vie, récit très touchant tant par la singularité du personnage de Suzanne que par l'universalité des doutes et des peurs qu'elle doit surmonter.



Vu le très beau film de Ronit Elkabetz et de son frère Les sept jours, un huis clos dans une famille en crise sur fond de société en guerre, servi par de remarquables acteurs.

Pas mal pour un vendredi..

31.529 spectateurs, 4 buts, une deuxième mi-temps enlevée et intéressante techniquement, un stade Bollaert toujours aussi bouillant, une belle victoire de Lens face à une équipe dijonnaise mieux armée que prévu (Carrière bien sûr, mais on reparlera aussi de Ribas et Aubameyang)...
c'est sympa finalement la Ligue 2 !

Le grand bluff

Ce n'est sans doute pas encore le sujet principal de discussion sur les plages, mais la course au plateau (la présidence du Sénat) a connu une accélération ces jours-ci et la presse commence à s'y intéresser.. même s'il reste du boulot pour qu'elle le fasse correctement ce qui n'a pas échappé à la vigilance de mon ami l'AP.

Dommage aussi que la campagne de Gérard Larcher commence sur une grosse intox à coups de chiffres imaginaires.. moi aussi j'en croise des sénateurs et j'en connaîs peu qui se risquent à avancer un chiffre ou même un pronostic.

Et puis quoi, la campagne n'a même pas commencé, on ne connaît pas encore les candidats et on aurait déjà les résultats ?

Hé Gégé, tu te souviens de 1995 ?

Quand Philippe Séguin est entré en campagne en tonnant : "Arrêtez donc de croire qu'il va y avoir une élection. Le vainqueur a déjà été désigné. Proclamé. Fêté. Encensé. Adulé. Il est élu. Il n'y a pas à le choisir, il y a à le célébrer. Ça n'est plus la peine de vous déranger. Circulez, y a rien à voir."

Elisons d'abord les nouveaux sénateurs et en attendant, comme dit JPR, sérénité et confiance !