Accueil > juin 2008




A l"amitié

C'était hier soir à Arras.. aux côtés de Jean-Jacques et Christian, les piliers de la "Faites de la chanson", retrouvailles avec mon ami Denis, alias Madame Raymonde.

Si vous ne l'avez jamais vu, courez-y vite.. et si vous avez raté le festival des passionnés d'Arras.. c'est trop tard pour Nilda Fernandez, complet ce soir, mais il vous reste le clou, un moment sans doute rare : un hommage à Leprest, entouré de chanteurs amateurs et de Loïc Lantoine, dimanche au théâtre.

Le foot, une institution ?

En plein concours Lépine parlementaire pour réformer la Constitution, je propose un amendement en urgence : "Interdire à la Turquie d'être championne d'Europe".. non, c'est vrai ils auraient l'air malins ceux qui se contorsionnent pour éviter qu'on parle de l'adhésion, si le capitaine Turc brandit la coupe d'Europe...

Semaine creuse.. ou trop remplie ?

Trois jours (et des nuits) à l'Assemblée.. aller-retour à Arras pour la commission des finances.. bref, pas vu le jour de la semaine !

Presque pas lu, rien écouté, vidé d'une semaine trop pleine (même France-Italie, je n'ai chopé que quelques images entre le Ministère et la buvette de l'Assemblée.. rien loupé.. même pas mal !)

Pas eu le temps de vous parler de ça, une étude sur roman et libertinage au XVIII°S où je puise cette phrase du comte d'Argenson sur Louis XV : "Quel homme est-ce que notre Roi ? Combien de contradictions en lui ? Sait-il quel est l'état de son royaume ?".

Ce soir, dans le TGV de retour vers la famille, les câlins des enfants et les rigolades, j'attaque Samuel Shimon.

Note pas consensuelle

Hier midi, une invitation du député de Béziers pour la feria du 15 août, hier soir la chronique de Francis Marmande dans Le Monde sur le triomphe de José Tomas à Madrid.. et tout un univers qui me revient et qui m'emporte.

Les discussions dès le petit déjeuner sur la composition du cartel ou les mérites comparés des Miura et des José Domecq, la sieste écourtée sur la plage pour être à l'heure au rendez-vous, la tension impalpable qui monte autour des arènes jusqu'à las cinco de la tarde, les élégantes, les people et surtout les aficionados anonymes qui regagnent leur place pour l'entrée du premier taureau sur le rond de lumière, la musica, les pétitions du public,..

Et surtout l'après corrida, où l'on refera cent fois la faena du jour de bodega en bodega.

L'espace de quelques minutes, fermer les yeux et se transporter à Béziers, à Bayonne ou à Vic-Fezensac..

Un drame

Appel urgent ce midi : accident entre un TER et un car scolaire, 5 enfants seraient morts.

Mon Ministre annule tout son agenda pour se rendre sur place avec le président de la SNCF.
C'est normal, la moindre des choses, se dit-on.

Mais j'essaie de me mettre à la place des parents.. à quoi peut-on se raccrocher dans ce cas ? une vie qui bascule, un néant..

Je ne sais pas comment on peut se remettre d'un tel drame.