Accueil > mars 2007




Terminus Bettembourg

Dernier déplacement ministériel hier avec Dominique Perben.

Direction le Luxembourg, pour la première mise en circulation de l'autoroute ferroviaire entre Bettembourg et Perpignan, soit plus de 1.000 kilomètres, ce qui en fait la plus longue d'Europe.

Cette nouvelle infrastructure permet déjà de transporter 30.000 camions par jour et 300.000 à l'horizon 2012 dans des conditions plus sûres, plus rapides et meilleures pour l'environnement (Réduction de 80% des émissions de CO2 par rapport à la route). Une performance technologique et une avancée concrète de l'Europe, qui devrait être suivie d'autres projets comme le montre la carte ici.

Plaisir, émotion et colère

Plaisir et bonheurs du mandat d'adjoint à la culture : passer des Portes ouvertes de notre superbe campus universitaire à la très belle mise en scène des dramaticules féminins de Beckett par Stéphane Verrue.

Emotion privée : mon fils chantant avec conviction "Ne rentrez pas chez vous comme avant" pour sa première communion et ce couplet qui définit une Eglise généreuse, telle que je l'aime (plus que celle de Benoît XVI) :

A quoi bon les mots si l'on ne parle pas
A quoi bon les phrases si l'on n'écoute pas
A quoi bon la joie si l'on ne partage pas
A quoi bon la vie, si l'on n'aime pas.

Colère, devant l'agression raciste et les slogans nazis taggés sur la maison d'un médecin d'origine béninoise à Villers-au-Bois.

Savoir la bêtise crasse et abjecte si proche de chez soi, ça fait peur et honte à la fois...

Au fil du temps

"Eduquer, c'est inscrire dans des configurations sociales qui donnent du sens à l'attente et permettent d'entrevoir, dans les frustrations inévitables, des promesses de satisfactions futures" nous rappelle le pédagogue Philippe Meirieu dans un article paru dans Le Monde daté de ce vendredi 23.

La publicité court-circuite toute réflexion et exalte le passage à l'acte immédiat. La télévision zappe plus vite que les téléspectateurs pour les scotcher à l'écran et les empêcher de passer sur une autre chaîne. Le téléphone portable réduit les relations humaines à la gestion de l'injonction immédiate. Tout susurre à l'oreille des enfants et adolescents " Maintenant, tout de suite, à n'importe quel prix..."

Face à ce constat, Meirieu nous interroge sur la crise de l'éducation : Peut-on continuer à traiter l'enfant comme un prescripteur d'achat ? Ne faut-il pas prendre au sérieux la question des médias en faisant valoir que leur liberté d'expression s'exerce dans une démocratie et doit s'accompagner d'un devoir d'éducation ? Ne faut-il pas repenser la gestion du temps de l'enfance en relâchant, au moins partiellement, la pression évaluative ? Ne faut-il pas mettre en place une relance de l'éducation populaire pour faire pièce à la frénésie consommatrice en matière de loisirs et de culture ? Ne faut-il pas, enfin, faire du soutien à la parentalité une priorité politique, en cessant de considérer les parents en difficulté comme des délinquants ou des malades mentaux ?

De vraies questions au niveau d'un débat présidentiel..

Le temps encore, invoqué par les libraires indépendants, pour expliquer leurs difficultés croissantes alors que s'ouvre le salon du livre de Paris : les plus grosses chutes viennent des "gros lecteurs" (au moins un livre par mois) dont le temps disponible se réduit, entre télé, internet, téléphone...

Un qui a fait son temps, c'est Raymond Barre, comme le souligne François Léotard dans Tribune juive : Il aurait pu dire qu'il s'était trompé en parlant de "Français innocents" de la rue de Copernic. Il aurait pu dire qu'on ne fait pas "fonctionner" la France à coup de cadavres. Il aurait pu dire que Manouchian, Grzywacz, Fingerweig, c'étaient sans doute des noms "difficiles à prononcer". Mais que ces noms-là, des "terroristes", avaient honoré la France au moment où monsieur Papon la déshonorait. Il ne l'a pas dit. Dommage pour la France.

Donner du temps aux malades du Sida pour se soigner, pour vivre, c'est aussi l'enjeu du Sidaction ce week-end.

Si vous hésitez encore pour les Présidentielles..

ne cherchez plus, le résultat est ici !

5ème pouvoir ?

Le légendaire Vinvin nous expose sa version, très personnelle, du fameux 5ème pouvoir.

C'est le sujet d'un débat organisé par Agoravox prochainement.



Nul ne semblait vous voir Français de préférence

Par un de ces hasards dont la vie est féconde, au jour où Lucie Aubrac disparaît, France 2 diffuse ce soir un documentaire sur la traque de l'Affiche rouge, qui montre comment des policiers français démantelèrent le réseau Manouchian de la Main d'oeuvre ouvrière immigrée et tentèrent de discréditer la Résistance en placardant cette Affiche rouge qui signifiait "ce sont toujours les étrangers qui les commandent, ce sont toujours des juifs qui les inspirent, c'est l'armée du crime contre la France".

Aragon les réhabilitera 11 ans plus tard, chanté par Ferré, Escudero, Bertin et tant d'autres et le frisson est toujours le même quand j'entends ce dernier couplet :

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant

Ah bon ! on en est encore là ??

Bien qu'ayant reçu une éducation chrétienne dont je retire de nombreux aspects positifs, j'ai vite senti un décalage entre les enseignements de paix et d'amour et certaines positions de l'Eglise.

Je découvre aujourd'hui, par hasard, la première exhortation pontificale (un truc important, niveau Encyclique) de Benoît XVI.. et ceci :
"Benoît XVI réaffirme l'interdiction pour les divorcés et remariés, de plus en plus nombreux dans l'Église catholique, d'accéder à la communion, à moins qu'ils ne s'engagent à vivre avec leur nouveau conjoint "comme amis, comme frères et sœurs". Il adresse aussi un ferme avertissement aux "hommes politiques et législateurs catholiques" pour qu'ils s'abstiennent de voter des lois autorisant l'avortement, l'euthanasie ou les unions homosexuelles"...

Il paraît que ça vise d'abord l'Italie..ouf, j'ai eu peur qu'on soit obligé de reprendre ça dans l'identité nationale...

France, ten points !



La dernière fois qu'on a gagné, je devais avoir 9 ou 10 ans... et c'était Marie Myriam qui chantait "L'oiseau bleu"

Depuis, on se tape la honte avec des "two points" qui nous ridiculisent dans l'Europe entière..

Alors, oser faire défendre les couleurs de la France à l'Eurovision par les Fatals Picards, ce groupe mythique auteur du légendaire "Goldorak est mort" (à découvrir ci-dessous), je dis Chapeau !

Et je me prends à rêver "et si mes enfants de 9 et 10 enfants connaissaient à leur tour ce fugitif moment de bonheur où le juré Montenegrin annonce : good evening Pogdorica, here is the result of the Montenegrin jury ... France, ten points, Germany, eight points...")

Comme dirait Ginisty , ce billet n'a aucun sens.. mais vous l'avez lu quand même...

Le bayrou-isme ne passera pas !

C'est Claude Askolovitch qui rappelle avec humour que la mobilisation des "anti" n'a jamais fait une politique, ce que j'avais déja essayé de dire, peut-être maladroitement et qu'il rappelle ici en montrant que ce ressort politique a beaucoup moins de sens face à François Bayrou, troisième homme !

Pour ceux qui n'auraient pas le temps d'aller voir, un morceau choisi :

"Le 21 avril, saint Titanic du socialisme...

Étrangement, ou logiquement, la gauche, ensuite, a transmuté cet instant pathétique en glorieuse épopée antifasciste: l’entre-deux-tours de 2002, et ces enfants petits et grands initiés aux défilés de rue, “le fascisme ne passera pas”, tralala, ont permis à la gauche de se refaire la cerise morale, de rebâtir sa self-esteem, et d’oublier que jamais le fascisme n’avait menacé, jamais! Mais il était plus simple de se faire un beau “no pasaran” face à un vétéran méchant à 17%, que de se confronter à son propre échec... Restons indulgents. Quant tout s’effondre, on fait comme on peut...

L’ennui, c’est que la magie du 21 avril ne s’est pas dissipée. L’embétant, c’est que cette date minable sert aujourd’hui encore de viatique aux chefs socialistes, et à la première d’entre elle, et que c’est dommage, parce que peu sérieux."