J'ai le tournis...

et je n'ai rien compris à cette semaine que le JDD éclaire "d'un sondage qui relance la course à l'Elysée"

C'est vrai, ça ne fait qu'une vingtaine d'années que je fais de la politique, que je milite (réunions, affichage,..), , que je rencontre des électrices et des électeurs, que je fais des campagnes à l'ancienne quoi, et ce que je lis sur le "média-clé de l'élection" (sic JDD) me laisse parfois perplexe.

Tenez, je découvre (toujours dans le JDD) que Versac est un des meilleurs chroniqueurs politiques, je me précipite donc pour relire ses derniers billets et je tombe sur ça :
"J'adresse ma sincère compassion à tous ses futurs Sages collègues"... il a certainement beaucoup analysé pour avoir un avis aussi autorisé sur la façon de présider le Conseil constitutionnel (c'est sûr, Debré n'était que Président de l'Assemblée Nationale, salué unanimement par tous les députés.. c'est donc un con !).. ça me rappelle un peu Le Meur : je suis un chef d'entreprise + je vote Sarko, donc je suis un porte-parole naturel des blogueurs et de l'UMP.. même si je comprends rien aux règles qui définissent la vie politique.

Les journalistes eux-mêmes semblent désorientés.. ce pauvre FOG se dit qu'il doit ouvrir un blog maintenant qu'il a remplacé Duhamel sur RTL.. même si on voit bien que c'est une corvée pour lui.

Heureusement, il reste quelques repères stables :

- des communicants qui ont quelques campagnes dans les jambes, comme Bernard Sananes qui ramène les choses à leur réalité : "Sarkozy toujours ancré solidement mais qui lasse et se tasse, Royal lundi hors système et vendredi aux mains des élephants ce qui peut être pour son électorat potentiellement rassurant ou franchement décevant , Bayrou séduisant mais dont le programme ne convainc encore qu'à moitié,Le Pen dangereusement discret, bref cette semaine est étrange."

- des journalistes comme Daniel Schneidermann qui situent le phénomène Bayrou face à sa vraie question :" Si le nom de Bayrou fait sortir des urnes, au maximum une centaine, voire deux cent députés, que se passe-t-il ? Avec quelle majorité gouverne-t-il ?"

- des blogueurs, comme Nico dont le prénom ne destine pas au chiraquisme, mais qui constate pourtant : "que rien ne dit que le 6 mai vers 20 heures on ne va commencer à le regretter en voyant apparaître la tête du prochain locataire de l'Elysée.

Allez, j'ouvrirai quand même mon Netvibes demain pour suivre la campagne.. c'est quand même plus rigolo que TF1..

Parce que le principal risque est l'oubli