Après mon billet d'hier, je voulais savoir comment Ségolène Royal allait jouer son "quitte ou double"..

Nico résume bien la situation : "Fluctuat nec mergitur".

Comme beaucoup, je l'ai trouvée excellente sur la forme, assurée, attentive, rassurante... bien plus que l'image que j'en avais jusqu'alors MAIS...

Comme l'a dit Maître Eolas en direct : "Oui, elle est plus à l'aise, mais ça ne rend pas ce qu'elle dit plus profond".

Et puis, on reste sur cette impression d'à peu-près, d'évasif, ce "gloubi-boulga économique" pointé par Denis Castel : aucun chiffre, des généralités, des lieux communs voire des contre-vérités comme "le progrès économique détruit l'emploi"..

Sur le fond, c'est à peine digne d'une campagne législative et c'est d'abord cette "déplorable émission" au format odieux selon Versac qui pousse, nous dit Fluctuat, les prétendants à privilégier la rhétorique au détriment du fond.

Catalogue d'intérêts particuliers : qu'allez-vous faire pour MON problème de handicap, de charges sociales, etc.., on se demande au final à quoi sert ce type d'émission ?

Allez, les soirs prochains, moi je reprends mon bouquin de Péan...