62 jours du premier tour.. les deux semaines qui viennent risquent d'être décisives et si 79% des Français croient que rien n'est joué, dans une campagne, comme le rappelle Bernard Sananes la dynamique est toujours plus forte que l'arithmétique.

Et même si je n'ai pas l'habitude de commenter les difficultés du camp adverse, il faut constater que Ségolène Royal joue gros ce soir après sa séquence ratée : la non-capitalisation sur le bon meeting de Villepinte, l’interview non relue sur l’Afrique, puis la démission de Besson aggravée par les propos de la candidate sur sa notoriété, sont hallucinants d’amateurisme.

Rien n'est dit pour autant et les propos trop optimistes de Nicolas Sarkozy à La Réunion peuvent être très improductifs.

François Bayrou peut-il profiter des difficultés et du rejet des deux favoris ? Jean-Louis Borloo peut-il faire basculer l'élection comme le pense Christophe Ginisty ?

Cette élection pourrait finalement s'avérer plus passionnante que prévu !