Accueil > novembre 2006




Oxymore (30/11)

Figure de style qui consiste à placer l'un à côté de l'autre deux mots opposés.

On trouve des cas célèbres d'emploi de ce procédé:
«Cette obscure clarté» (Corneille, Le Cid ), un silence éloquent, un mort-vivant...
la rupture tranquille

Tolérance (29/11)

J'ai essayé le nouveau moteur de recherche de Google spécifique aux blogs.

J'y retrouve avec surprise et amusement des commentaires sur mon élan pour Dominique A, ici. C'est toujours drôle de lire qu'il faudrait être de gauche pour aimer tel ou tel.. mes amis Arrageois savent bien qu'on ne m'enfermera jamais dans ces frontières...

Cà m'énerve ! (29/11)

Rentré tard à Arras hier soir, je reprends le premier TGV du matin : il est annoncé avec plus d'une heure de retard..grève non annoncée, non signalée, merci les gars ! .. apparemment celui de 7h circule.. et du coup enregistre une affluence double de sa contenance.

J'observe les mines des passagers contents d'eux-mêmes (dont de nombreux agents SNCF que je vois régulièrement..) d'avoir trouvé une place assise.. et les dizaines de personnes, des femmes notamment qui voyageront debout.

Au moment où je cède ma place pour m'asseoir par terre, ma voisine est délogée par un rustre "c'est ma place, ici !".. France, patrie de la politesse et de l'élégance.. difficile de ne pas suivre Matzneff quand il peste sur la crétinisation des esprits.

Bon, allez, aujourd'hui, c'est l'anniversaire du Président.. et puis j'ai un super papier dans l'Avenir de l'Artois.. deux sujets de réjouissance -;

Sur le terrain... (27/11)

.. week-end "classique".

Samedi : Réunion de travail sur le contrat "ville lecture", rendez-vous avec le Maire, assemblée générale de Di Dou Da, animation militante à l'UMP.
Dimanche : Messe de Sainte-Cécile puis réception de la chorale des Orphéonistes à l'Hotel de ville. Visite (pour les arrageois, çà vaut franchement le détour !) de l'exposition "Petits formats" des peintres polonais chez Jacek Hazuka.

Il est possible que le prochain qui m'interpelle sur le thème "Alors, on ne vous voit plus à Arras" perçoive un léger agacement...

Si vous saviez comme ils sont..

.. les artistes, si vous le saviez, nous n'en serions pas là,
si vous saviez comme ils sont les artistes, on aurait pas enterré celui-là"..
pas trouvé mieux que les mots de Bernard Dimey pour rendre hommage à l'immense Philippe Noiret.

Marqué, adolescent, par "Le vieux fusil", j'ai toujours eu beaucoup de tendresse pour ce géant à la voix grave et à l'élégance si rare.

Les enjeux 2007 (23/11)

Et si la vraie campagne se faisait sur le Net ?

Si les couvertures des hebdos sont encore consternantes cette semaine ("Le roman de Ségolène", "La vraie nature de Ségolène", "Sarko/Ségo : comment ils veulent vous séduire",) il faut noter l'effort louable de lexpress.fr sur le développement durable.

Avec une contribution signalée de Dominique Perben sur le sujet.

Engagé ? (21/11)

Quinze jours de silence, nouvelle attaque de splogs.. y'a comme un coup de déprime sur mon blog !

Et il a fallu les encouragements de trois lecteurs croisés au gré des réunions politiques (Merci Christine, Marie et Charles !) pour m'y remettre.

Renouer le fil, retrouver les mots, accepter de faire l'impasse sur des petits bonheurs, familiaux, culturels, sportifs, municipaux que j'aurais aimé raconter.
Trop tard ! Trop futile, peut être...

Me rassurer avec Antonio Tabucchi, qui répond à la question : "Diriez-vous que vous êtes un homme engagé ? Et quel sens donnez-vous à ce mot ?"
"Pour moi, être engagé, c'est d'abord être engagé avec soi-même, ce qui signifie être sincère. Je considère l'écrivain engagé quand il est sincère avec lui-même, c'est à dire quand il écrit une chose qu'il ressent vraiment. Ainsi, si vous ressentez avec force la nécessité de parler d'un ciel de dimanche à Paris, vous devez parler de ce ciel parce qu'à ce moment là, pour vous, c'est la chose la plus vraie possible. Si, en revanche, vous vous imposez d'écrire sur la guerre au Liban, alors vous ne dites plus la vérité, vous n'êtes pas engagé."

Voilà qui explique assez bien mon silence ces derniers jours, finalement.

Quoi? Ségo-Sarko ? Comme dirait l'autre, "quant à l'agitation politicienne et parfois médiatique que j'observe, ne comptez pas sur moi pour y participer" !!!

Alain Juppé a de l'humour

Et "Le Monde" semble seulement le découvrir.. c'est ici.

J-7

L'Autre Cinéma est l'un des moments majeurs de l'année culturelle à Arras.

Dix jours de ciné non-stop, des dizaines de films, inédits d'Europe et avant-premières du monde entier, un regard sur le Nouvel Hooywood en présence d'Arthur Penn, une programmation spécifique pour les enfants, des ciné-concerts.. que du bonheur !!!

Réservez-vite..

Je me dénonce.. (3/11)

l'internaute qui interroge MAM sur les jurys citoyens.. un certain "François d'Arras' selon Le Parisien... c'est moi !

L'aventure est à suivre ici.

Comme un Dimanche d'hiver (1/11)

Un programme de Dimanche d'hiver :

Fini la lecture d'un beau roman de Pierre Charras qui dit avec justesse la barrière des mots de l'amour père-fils.

Commencé l'unique roman, autobiographique, de Nikos Kokantzis, "Giocanda" qui raconte son amour d'adolescent pour sa jeune voisine, juive, au début des années 40.

Sensuel et poignant.. c'est le roman préféré de Dominique A.. c'est dire !

Vu le dernier Woody Allen .. pas le meilleur, mais drôle.. et porté par l'irrésistible Scarlett Johansson.