Sous prétexte d'alimenter mon blog, de me faire plaisir et (parfois, j'espère) de vous faire plaisir, jusqu'où rendre compte ?
Dois-je dire que j'ai, enfin, réussi à me faire un ciné en sortant du bureau hier soir ?

Sous prétexte de démocratie participative, doit-on filmer le conseil des ministres, comme le propose le Premier ministre ?

Pourquoi pas, mais cette proposition ne sera qu'un gadget inutile, voire dangereux, si elle n'est pas précédée d'un effort de pédagogie des enjeux.

Prenons l'exemple du Parlement : De la retransmission des questions au Gouvernement, le citoyen ne retient souvent que l'absentéisme, les vociférations.. et la présence de son propre député, alors que c'est partout sauf là que se fait le travail parlementaire.
Par contre le travail de chaînes comme LCP AN et Sénat éclaire bien mieux, selon moi, ce que sont la vie et les idéaux des femmes et des hommes politiques, et donne des clés aux téléspectateurs pour comprendre leur univers.

Ah oui, au fait, hier j'ai vu "La Californie" : l'adaptation d'une oeuvre littéraire (en l'occurrence un Simenon, clin d'oeil à Nico) au cinéma est toujours un genre difficile.
Celle-ci ne tient debout que par la grâce d'acteurs magnifiques : Nathalie Baye en femme torturée, méchante et malheureuse, Roschdy Zem, sombre et inquiétant, Ludivine Sagnier, toujours aussi lumineuse.

N'est-ce pas aussi un risque de l'hyper médiatisation de la vie politique : qu'on en retienne que le numéro de quelques acteurs doués...