Accueil > septembre 2006




Palais des glaces (28/09)

Hier soir, j'étais là.

C'est aussi drôle que féroce, un bon moment d'humour noir !

Et puis çà change un peu des nocturnes au bureau ou des soirées bobun et lecture dans les restos chinois au bas de chez moi.

Tensions consulaires à Arras (27/09)

La presse locale fait état depuis plusieurs jours des conditions dans lesquelles Roland Pige a finalement été réélu président de la CCI, après avoir annoncé et mis en oeuvre sa démission.

Au-delà des péripéties humaines de toute élection, Roland Pige avec qui je m'en suis entretenu aujourd'hui, me confirme que c'était bien la question des futurs regroupements territoriaux qui était en jeu.

Et je suis pleinement en phase avec lui sur l'intérêt pour Arras de développer un axe fort avec Cambrai, notamment sur l'agroalimentaire et la logistique portuaire, à Marquion autour du projet de canal Seine-Nord, plutôt que de reconstituer un Artois de Béthune à Arras en passant par Lens qui ne présente pas de cohérence économique ni institutionnelle.

Pauvre Fillon

Voici des mois qu'il distille son amertume et se répand en critiques plus ou moins ouvertes sur le Président de la République..

Voici qu'il publie un livre dont un chapitre entier traite des insuffisances du même Président..

Mais on n'avait rien compris, il l'aime bien ce Président, il ne lui veut que du bien et ce sont les méchants journalistes toujours avides de querelles personnelles et de petites phrases qui l'ont mis en fureur !

C'est vrai François.. et si la rupture c'était le retour à l'ORTF ?

Je maintiendrai (22/09/2006)

Oui, j'ai envie de continuer à parler littérature, comme une fenêtre ouverte sur des semaines surchargées, mais surtout comme une autre dimension de mon engagement, plus profonde, que la succession de débats médiatiques du jour oubliés le lendemain.

Et quoi de plus ancré dans la réalité qu'un roman comme Eldorado ?
Dans une langue simple et directe, servie par un rare talent de narrateur, Laurent Gaudé dresse le constat d'une Europe submergée par les peuples à ses portes, en quête d'un confort matériel sans doute illusoire et d'un avenir pour leurs descendants.
Laurent Gaudé ne juge pas, ne donne pas de leçons ni de solutions mais délivre un message plein d'humanité.

"Dans le foule" est un roman bouleversant; Laurent Mauvignier y construit magnifiquement la rencontre de personnages sans histoires avec l'Histoire, en l'occurence la folie dramatique de la finale Liverpool - Juventus à Bruxelles en mai 1985.

La mise en abîme de ces parcours individuels ouvre sur des interrogations profondes sur la destinée (pourquoi est-ce tombé sur eux ?), l'identité (qui suis-je face à ce type d'événements ? comment je me comporte ?) et sur le sens de la vie (Comment continuer, reconstruire, après de tels drames ?).

Là encore, une grande bouffée d'humanité !

Arras a sa télé (19/09/2006)

Une fois encore, JC et l'équipe de Planete media mettent Arras à l'heure de l'information de proximité.

Je suis sûr qu'ils sauront mettre cet outil au service d'une vraie démocratie de proximité et de qualité, comme ils l'ont fait avec leur site Arras on line.

L'heure est grave.. et la vie pleine de surprises (18/09/2006)

A peine sorti de la clinique, l'esprit encore embrumé par les substances perfusées..et je découvre le débat qui occulte celui des présidentiables socialistes à Lens et celui sur l'américanisme trop ostentatoire de Sarko : mon blog est-il encore un blog politique ou celui d'une chronique culturelle pour élites qui ne veulent pas se poser les vraies questions et qui ne connaissent pas les vraies réalités ?

Si le ton est léger, crois bien chère Lilou, que je prends la question au sérieux, au point de remballer les très belles pages que je pensais avoir écrit dans mon lit de douleur.. sur un très beau livre (mais j'y reviendrai !).
Et ce d'autant que je me pose cette question depuis un moment : je prends de moins en moins de plaisir à "chroniquer" la vie politique quand elle peine à situer les enjeux.. et je me trouverai pour autant bien orgueilleux que de vouloir les fixer moi-même... je suis avant tout, Hugie a raison, un élu en charge des questions culturelles.

Cela n'empêche que je prends toujours le même plaisir (tu dois le savoir, puisqu'apparemment on se connaît..) à discuter des enjeux, à échanger en toute occasion, comme j'ai pu le faire avec le personnel de la clinique, dont j'ai compris les priorités sur lesquelles ils choisiront le (ou la) prochain(e) président(e) de la République : l'énergie, les déficits publics (Etat, retraites, sécu) et les 35 heures.

De ces questions, je veux bien parler et la campagne nous y incitera (j'espère !!).. mais je continuerai aussi à parler de la littérature et des autres formes d'expression artistique, parce qu'elles mettent en jeu le rapport à l'autre, le sens de l'altérité, bref de l'humanité ; parce qu'elles permettent de forger le libre arbitre, de progresser par son propre chemin ,vers la liberté et la fraternité.. toutes ces idéaux très concrets pour lesquels je me suis engagé en politique.

Alors, je n'ai besoin ici ni de fan-club, ni de procureurs mais de lecteurs qui comme vous essaient de me faire creuser un peu en moi, même quand je ne suis pas encore tout à fait rétabli comme ce soir..

Merci et à bientôt !

Mystères du buzz (12/9/2006)

La série d'échanges avec JF me rappelle combien les blogs se développement mieux sur le mode polémique.

Jusqu'ici, mes posts les plus populaires touchaient la cuisine électorale ou l'adhésion de la Turquie à l'UE.

Les blogs à succès, celui du maître LLM ou, dans le registre littéraire, celui de Pierre Assouline prospèrent notamment grâce à des commentateurs qui passent leur temps à s'invectiver, voire à s'insulter.

Lilou a raison : ce n'est pas demain que je ferai du buzz avec mes commentaires littéraires, même si, sans l'avoir lu, j'ai envie d'incendier François Dufay qui se paie deux de mes écrivains préférés, Morand et Chardonne, dans son livre "Le soufre et le moisi" .

Peut-être Matzneff a-t-il raison, qui fait dire à un des personnages de "Voici venir le fiancé" : "Naguère les types qui avaient des vocations littéraires rentrées écrivaient sur les murs des vespasiennes. A présent, ils écrivent sur Internet, c'est la même chose."

Mises au point

Cher JF,

D'abord, les doublons sont supprimés mais calmez vous sur les touches.. j'ai fait des heures supp nocturnes : y'a pas de webmaster ici, c'est moi qui fait tout (oui, lololala, le secret : je me couche tard, je me lève tôt, je prends les transports en commun : çà me laisse du temps pour lire même si çà intéresse pas lilou).

Pour le reste, le débat serait encore plus sympa si vous quittiez votre ton de procureur et votre vocabulaire qui, justement, flirte avec celui du FN (sinon on dit homme politique plutôt que politicien..).

Sur le fond, JF vous avez fait des études.. tant mieux pour vous, mais pour le deuxième degré, c'est pas encore çà..
C'est bizarre, à l'époque où j'ai écrit ce post sur comment combattre le Fn, je me suis dit qu'il ya aurait des réactions sur cette formule de sous-français car certains ne comprendraient pas les guillemets.
Ce que je voulais dire, et je n'y reviendrai plus (même sous la menace ou sous l'avalanche de commentaires -;), je ne vous force pas non plus à me croire, c'est votre problème, c'est : "bien que ces 18,8% de français aient été traités de sous-français, par les médias, les manifestants et même une partie de la classe politique, ils ont confirmé leur choix au deuxième tour.

Pour qu'ils résistent à toute cette pression, c'est bien qu'ils devaient être déterminés.. et qu'ils le seront encore à mon avis en 2007.

Voilà ! Poser le problème clairement, c'est commencer à le résoudre !
Alors JF, c'est plus clair ? Et on fait quoi pour faire reculer le FN maitenant ?

Eclats de rentrée

Le rythme a repris et j'ai un peu délaissé le blog.

Quelques mots sur ce que j'ai :

Lu : un bon Morand , méchant et pervers - Antonio Tabucchi qui me laisse toujours perplexe - une nouvelle brillante d'Eric Chevillard , distribuée avec Télérama.

Vu : trois films très différents, mais dérangeants, chacun à leur façon : "Le vent se lève" de Ken Loach sur l'engagement, ses limites, sa violence, ses compromissions - "La tourneuse de pages" l'histoire d'une vengeance tenace et haletante - "Une vérité qui dérange", en avant-première au Ministère de l'écologie, un documentaire sur le combat d'Al Gore contre le réchauffement climatique.. plein de bons sentiments à l'américaine.

Ecouté Diam's en boucle.. signe que les enfants grandissent, et me font rajeunir !

Ah oui, je ne suis pas allé à Marseille.. et je n'aurais pas aimé être à La Rochelle.

Et pour rassurer Jean-Fabien, j'ai rempli mes fonctions d'élu à Arras : repas des aînés, fête de l'andouillette, réunion avec les services culturels pour préparer la rentrée, notamment à l'Ecole Nationale de musique, danse et théâtre.