Accueil > juillet 2006




Fausse destination..

Plutôt bon public, je vous ai habitué au partage de mes coups de coeur, notamment cinématographiques.

Une fois n'est pas coutume, c'est d'un authentique navet que je vous parlerai aujourd'hui.. pour vous éviter ma déconvenue !

"Changement d'adresse" est le type de comédie bavarde, sans surprise ni relief.. dommage c'était notre première sortie ciné depuis la naissance de bébé...

Premières impressions

J'aurais eu beaucoup de choses à raconter, et certains me l'ont réclamé, à l'occasion de ces 15 premiers jours, mais le temps a filé.

J'aurais pu vous parler des retrouvailles avec la vie de cabinet ministériel, son rythme, son enchaînement de petits problèmes et de grands enjeux, les cadres prestigieux (l'Hôtel de Roquelaure pour moi) où elle s'exerce et dont je ne serai jamais blasé.

J'aurais pu vous parler de mon premier week-end parisien en famille, de la découverte du Parc floral de Vincennes avec bébé, de mon installation dans le XIIIème, en plein Chinatown.

J'aurais pu vous parler de ma perplexité toujours aussi grande sur la politique intérieure, bien traduite par l'interview de François Goulard dans le Figaro aujourd'hui..

J'aurais pu vous parler de mon dernier roman, un bon Montalban .

Mais mon inquiétude majeure reste, comme tout le monde, la situation internationale.

J'ai en mémoire l'échange avec Ilan Halévy, ancien ministre des affaires étrangères de l'OLP, le 1er mai à Arras, qui m'avait dit sa grande inquiétude.
Mon "idée simple" pour aller vers l'Orient compliqué, selon la formule du Général de Gaulle, c'est évidemment qu'il faut régler la question palestinienne, favoriser l'émergence d'un Etat souverain, en appliquant les résolutions de l'ONU.

Tout le reste en découle.
C'est malheureusement ce que le tandem Sharon - Bush s'est employé à défaire.

En équipe !

"Vivre ou mourir ensemble".. c'était donc le leitmotiv de cette équipe qui a surmonté les réticences et pourquoi le nier, les déceptions, qu'elle avait engendré au premier tour.

C'est en équipe qu'elle a montré le génie (contre l'Espagne), la maîtrise (le Brésil), la solidarité (le Portugal).. et arraché les larmes de ses supporters en finale.

Au-delà de tous les commentaires sur la sortie de Zidane, la fin d'une génération, l'instauration de l'arbitrage vidéo le temps d'une finale, je veux retenir cette leçon, cette évidence : le foot est un sport collectif.. et l'on y est meilleur quand on joue en équipe.

Je vais évidemment la garder à l'esprit à l'heure de prendre mes nouvelles fonctions...

Changement de programme..

C'est au bord de la mer du Nord que je verrai le France-Brésil ce soir..

Quelques jours de repos pris à la hâte avant de prendre de nouvelles fonctions professionnelles : je deviens en effet, à partir du 10 juillet, chef de cabinet du Ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, Dominique Perben.