Accueil > juin 2006




Foot de bonheur

Un tour sur les places d'Arras, hier, après France-Espagne.. des centaines de jeunes dans la rue, chantant la Marseillaise.

Bien sûr, la qualification ne va pas donner du boulot à ceux qui n'en ont pas, résoudre les problèmes sociaux et sociétaux du pays.. mais ce partage simple et spontané d'une fierté nationale m'a paru réconfortant.

Et s'il nous manquait, en politique, ces grandes communions qui soudent un peuple et le rendent plus fort ?

Cà commence aujourd'hui !

Cà, c'est la Faites de la chanson qui commence ce Mercredi 21 Juin à 17 heures à Arras.

Des découvertes, des émotions, des voix, des mots.. et de belles soirées en perspective !

Sur le FN..

Dans le TGV, mon voisin me reconnaît.
M'interroge sur la vie politique. La conversation roule vite sur le FN.
L'occasion de redire ma position, inchangée depuis plus de 10 ans.

Puisque personne n'a jugé opportun ou légitime d'interdire ce parti (et c'est tant mieux d'après moi.. ce n'est pas en cassant le thermomètre qu'on fait baisser la fièvre), il faut donc le combattre démocratiquement.
A la différence que les autres partis sont des adversaires et le Front National, un ennemi.

Le combattre donc, avec fermeté (nous en avons manqué à une époque.. à Dreux, puis avec Pasqua) mais sans diabolisation excessive (2002 reste de mon point de vue un bon exemple d'excès qui a nui au bien..).

En ayant à l'esprit que le vote Le Pen repose sur des vraies souffrances, des mécontentements.. et une bonne part de bêtise.

Il faut s'attaquer aux premières et analyser les raisons des secondes.

Et pour les cons.. on ne peut malheureusement rien !

Pas fameux...

c'est l'avis de mon fils de 9 ans ce matin, en constatant l'impuissance de l'équipe de France à gagner un match de coupe du monde..

On pourra invoquer l'arbitrage, le manque de chance.. tout cela est vrai, mais il n'en demeure pas moins que cette équipe n'arrive plus à arracher ces rencontres incertaines, celles qui peuvent basculer sur une erreur ou une action individuelle (le France-Paraguay de 1998 par exemple).. celles qui font d'un pays le champion du monde.

Actu littéraire (bis)

Pour répondre à Arnaud, oui c'est à peu près çà.. les nuits courtes, et les voyages en TGV, c'est idéal pour la lecture !

Je remets le lien pour le livre de Chaïm Potok que tu recommandes.

Les livres de la semaine

C'est une interview de Dominique A. qui m'a mis sur la piste de ce roman unique, "Le quart" de Nikos Kavvadias qui lui aurait inspiré "La relève" sur l'album L'horizon.

Et puis, un grand classique, l'un des maîtres de la littérature européenne, Antonio Tabucchi dont plusieurs romans et recueil de nouvelles sont réédités chez Gallimard.

A bientôt pour échanger nos avis ?

La finale

Les média en ont déjà décidé : ce sera Royal - Sarkozy.. pour le reste, circulez, on va pas s'embêter à mesurer autre chose puisque les sondages sont affirmatifs !

Etrange écho à la Coupe du Monde de foot : tout le monde voit Brésil-Allemagne (la moitié des trophées à eux deux..) en finale.. mais rêve du grain de sable (Equateur ? Corée du Sud ? Côte d'Ivoire ?) qui va dérégler l'ordre établi.

Une fois de plus, on oublierait presque que ce sont, in fine, les Français qui décident, et pas ce qu'ils répondent aux sondeurs.
Alors, retour de Le Pen ou de Jospin ? percée de Villiers, Bayrou ou Bové ? coup de trafalgar à l'UMP ?

En tout cas, je peine à croire que tout soit joué 10 mois avant l'échéance..

Du virtuel à la réalité

Pas sûr que j'y sois.. j'ai commission des affaires culturelles en mairie le même soir, mais çà méritait d'être annoncé.


République des blogs - 28 juin
Recommandé par des Influenceurs.

Miscellanées

J'aime bien ce mot, et il va particulièrement bien pour ce post un peu "fourre-tout" des impressions d'une semaine vite passée entre la reprise du travail, le jour, et les joies de la paternité..la nuit.

Le livre de la semaine : Carnet arabe de Gabriel Matzneff.. une plongée dans "l'Orient compliqué" entre carnet de voyage et réflexion religieuse.

Le son de la semaine : çà tourne un peu en boucle entre Arman Méliès (cf. infra.) et toujours Françoiz Breut.

La phrase de la semaine : non, ne cherchez pas dans le match Sarko/Ségo sur la sécurité.. je l'ai trouvée dans une interview de Camille pour le magazine TGV (oui, le gratuit dans le train..)
On peut lire ceci :
"Chanter est un acte physique qui permet aussi de se transcender. Cela relie à un monde intérieur. Cela met en jeu des éléments très puissants : le lien aux autres, le partage, l'écoute de soi. Je regrette que chanter ne soit pas une activité de loisirs plus répandue en France. Chanter pourrait changer beaucoup de choses. Lesquelles par exemple ?
Les notions de civilité, de respect de l'autre, de soi-même. Et, aussi, une culture de l'écoute qui n'est pas très à la mode en ce moment, si je lis les mêmes journaux que tout le monde..."

Le flop de la semaine : c'est évidemment la fermeture du centre Noroît à Arras.. non pour les attaques injustes qu'elle me vaut (même si çà n'est jamais agréable) mais parce que la fin d'une activité culturelle, le licenciement de salariés est toujours une défaite, un recul de la lumière face aux ténèbres aurait dit un certain député du Pas-de-Calais..

Le top de la semaine, en dehors bien sûr des gazouillis qui peuplent la maison, ce sont des moments simples et vrais de la vie d'élu local, comme l'audition de la classe de hautbois de Guillaume Pierron, Dimanche à l'Hôtel de Guînes, ou la visite de l'exposition de Jacek Hazuka, dans son atelier.

Arman Méliès

Dans la tradition "politicoamimusical" soulignée par Arnaud, une découverte du week-end.

C'est Dominique A qui en parlait dans une interview.. Télérama lui a consacré une page.. on lui a prêté une filiation avec Bashung.. moi je le trouve plutôt proche musicalement d'Albin de la Simone.. et pour les textes, c'est planant comme du Dominique A... bref allez voir sur Amazon (oui, je suis devenu partenaire du site..), c'est une belle découverte !

Politibuzz

Un nouvel objectif pour mon blog : entrer dans la sphère des "mesurés" de Politibuzz...

Slovenia, ten points !

Non, je n'ai pas regardé l'Eurovision et je ne participerai donc pas au débat qui a agité medias et blogosphère sur les enseignements géopolitiques de la solidarité entre petites nations de l'Union Européenne dans ce concours (et, accessoirement, sur la ringardise de la proposition française..).

Mais il suffit parfois d'un artiste pour saisir l'âme d'un pays, en ressentir l'écho intime.
Brina Svit est slovène. Elle vit et travaille à Paris.
Après deux romans traduits et publiés chez Gallimard (Con brio, Mort d'une prima donna slovène), elle écrit maintenant en français.

Le dernier "Un coeur de trop" (Gallimard) se passe en Slovénie.

En sortant d'un restaurant, un homme soûl s'apprête à prendre le volant. Lila lui dit qu'il est fou, qu'il va se tuer et se propose de conduire à sa place.
Voilà, nous dit Brina Svit, comment s'écrivent les romans : en entrant dans la nuit, en essayant de trouver la route, en écoutant la voix de ses personnages, même quand ils dorment.

Et elle conclut, 200 pages plus loin, "on peut souffrir, on peut se tromper, on peut perdre, on peut avoir mal, on peut commettre l'irréparable, on peut errer dans les ténèbres, on peut se sentir coupable, misérable et ne rien comprendre... mais il n'y a jamais de coeur de trop dans nos vies, non, jamais..."