Quand je regarde la semaine écoulée, je constate que j'ai géré trois priorités :

- Mon engagement professionnel chez Voies Navigables de France, très prenant, avec la mission exaltante de participer à l'aménagement de nos territoires régionaux, à travers le projet de canal à grand gabarit Seine-Nord Europe.
Au menu cette semaine, un séminaire professionnel en Bourgogne pour voir les enjeux et les réussites du transport de marchandises par voie d'eau.

- Mon mandat d'adjoint à la culture, riche encore ces derniers jours : le formidable concert de cuivres de l'ensemble Epsilon, la soirée reggae de Phénix avec Original Smokaz, la très réussie fête des Allées, le jury du concours Photographes en herbe, avec de très belles images des écoliers d'Arras et le concert anniversaire de l'ensemble Adam de la Halle.

- Enfin, du temps préservé pour mes enfants et la femme que j'aime.

Alors, j'aurai finalement fait très peu de réunions publiques.. et à mon avis elles mobilisent très peu au-delà des convaincus.

Mais je répéterai jusqu'au bout un argument simple aux indécis autour de moi et ici-même : la politique européenne s'est toujours construite par des petits pas réalisés avec nos partenaires.

L'adoption de ce traité ne résoudra pas tous les problèmes soulevés dans cette campagne (délocalisations, emploi des jeunes,..), pas plus que son éventuel rejet ne sera un cataclysme.

Simplement, la France ne fera pas ce nouveau pas en avant, plus politique que les précédents, et la belle idée européenne, qui a rassemblé des peuples qui se croyaient ennemis, n'avancera plus avant longtemps.