Deux regards d'origine très différente.

Celui d'Emmanuel Todd, démographe et anthropologue, qui avait nourri le discours du non à Maastricht :
"Les postures du genre "nous voulons l'Europe mais pas celle-là" sont fragiles car elles ne proposent pas d'autre projet européen".
"La focalisation sur le libre échangisme, qui a toujours fait partie de la construction européenne, manque de sincérité. On ne peut confondre l'ultralibéralisme avec l'économie de marché."

Celui de Jérémy Rifkin, économiste américain, déjà évoqué ici :
" Le rêve européen crée une nouvelle histoire, beaucoup plus en phase avec le monde qui vient, planétaire, connecté et interdépendant."
"Vous êtes devant la poule aux oeufs d'or et vous avez la tentation de l'étrangler. L'Europe est, une fois de plus, le laboratoire du monde. Ne l'oubliez pas !"