En 1992, j'avais fait campagne pour le non au traité de Maastricht, parce que je n'y trouvais pas le renforcement politique et démocratique qui manquait à l'Europe.

Aujourd'hui, je déplore encore les mêmes manques : une Europe qui peine à affirmer ses valeurs, une Europe qui ne pèse pas assez sur la scène internationale, une Europe qui fonctionne mal et qui apparaît toujours trop technocratique.

Sur tous ces points, le projet de Constitution apporte des améliorations : affirmation des valeurs humanistes dans la charte des droits fondamentaux, capacité à faire entendre sa voix dans le monde par un Ministre des affaires étrangères, élection du président du Conseil, renforcement du Parlement européen et des parlements nationaux, réforme des institutions.

Autant d'avancées qui me feront cette fois voter OUI sans hésitation.