Accueil > février 2005




Retour d'Egypte

Quellques jours de repos qui m'ont éloigné de mon blog.
L'occasion aussi de visiter une partie des trésors égyptiens à Louxor. J'en retire une impression mitigée.
La "démocratisation touristique" souffre des mêmes carences que la "démocratisation culturelle".
Elles supposent la formation, l'éducation populaire qui permet de donner du sens à ce que l'on voit et ressent.

A défaut, ce rôle est rempli par l'industrie (du tourisme ou du disque) et par les media.
Et cela donne ce que j'ai vu à Karnak : des groupes entassés à l'entrée des temples, des commentaires en toutes les langues qui se superposent et enlèvent toute possibilité de recueillement, de réflexion.
J'espère expliquer correctement ce sentiment, trop souvent caricaturé comme élitiste par ceux qui ne prennent pas la peine de réfléchir à la valeur des choses.
Et puis, je ne veux pas rester sur une note négative sur l'Egypte et les Egyptiens, qui sont formidables de chaleur et de gentillesse.

Europe : le choix de la cohérence

En 1992, j'avais fait campagne pour le non au traité de Maastricht, parce que je n'y trouvais pas le renforcement politique et démocratique qui manquait à l'Europe.

Aujourd'hui, je déplore encore les mêmes manques : une Europe qui peine à affirmer ses valeurs, une Europe qui ne pèse pas assez sur la scène internationale, une Europe qui fonctionne mal et qui apparaît toujours trop technocratique.

Sur tous ces points, le projet de Constitution apporte des améliorations : affirmation des valeurs humanistes dans la charte des droits fondamentaux, capacité à faire entendre sa voix dans le monde par un Ministre des affaires étrangères, élection du président du Conseil, renforcement du Parlement européen et des parlements nationaux, réforme des institutions.

Autant d'avancées qui me feront cette fois voter OUI sans hésitation.

Téléchargement illégal ?

Plus de 7000 signatures , dont de nombreux artistes, pour la pétition lancée par le Nouvel Observateur.

Et un appel au débat qui mérite d'être écouté.

Peut-on vivre à l'ère du mp3 avec des règles datant du vinyl ?

Vertus du blog

Daniel Schneidermann livre une intéressante analyse sur les vertus du dialogue direct affranchi des contraintes et des autocensures, dans Libération.

Journal d'un lecteur

"La lecture est une conversation. Des fous se lancent dans des dialogues imaginaires dont ils entendent l'écho quelque part dans leur tête ; les lecteurs se lancent dans un dialogue similaire, provoqué par les mots sur une page."

Ce dialogue, Alberto Manguel nous propose (Ed Actes Sud) de le poursuivre pendant un an, avec douze oeuvres qui ont marqué sa vie de lecteur.

Qui retiendrai-je dans une telle aventure ?

André Maurois, Stefan Zweig, Milan Kundera, Romain Rolland, Albert Cohen, Hermann Hesse, Italo Calvino sont les premiers qui me viennent à l'esprit, pour toute leur oeuvre.
"Bartleby" de Melville et "La conjuration des imbéciles" de J.K O'Toole, une merveille découverte récemment, les accompagneraient.

Je puiserai sûrement dans les hussards (Blondin, Déon, Nimier) ou dans les chroniqueurs d'une France éternelle (Chardonne, Vialatte).. sans oublier le théâtre (Koltès, Beckett.. Anouilh aussi) et la nouvelle génération française (Denis Lachaud, Véronique Olmi,..).

L'exercice est aussi aléatoire que frustrant !!
Et vous, avec qui poursuivez-vous ces dialogues de lecteur ?