Je suis depuis longtemps convaincu que la façon de faire de la politique doit évoluer avec notre mode de vie quotidienne.

Les supports traditionnels du débat politique : réunions publiques, tracts, affiches ne suffisent plus à répondre à l’enjeu pédagogique que représente une campagne électorale dans une société où l’information et l’image sont omniprésentes.



C’est ce constat qui m’a amené à ouvrir ce site en 2002 à l’occasion de ma campagne pour les élections législatives.

La législation sur le financement électoral et la difficulté de faire vivre régulièrement un tel outil m’ont contraint à le mettre en sommeil, gardant néanmoins une frustration de ne pas être allé au bout de la démarche.

J’ai donc naturellement été intéressé par le phénomène des blogs et si j’avais voulu faire un coup, j’aurais été dans les premiers puisque mon meilleur ami m’y avait sensibilisé depuis plus d’un an.

Mais ma motivation n’est pas d’ouvrir un blog pour être à la mode : je ne me lance pas pour faire parler de moi mais pour parler avec vous. Et ce moyen, plus simple d’utilisation, moins exigeant qu’un site sur le rythme d’actualisation, correspond parfaitement à ma situation d’aujourd’hui : ayant pris des responsabilités professionnelles qui m’accaparent (je suis depuis le 15 septembre responsable de la communication pour le projet de canal Seine-Nord Europe chez Voies Navigables de France) je veux garder une fenêtre ouverte sur mon engagement citoyen, que je puisse alimenter au gré de mes instants libres.

J’aimerais avoir l’occasion d’aborder des sujets plus larges, de faire partager mes convictions mais aussi mes découvertes plus personnelles , en matière de littérature ou de chanson.

Mon mandat d’adjoint à la culture me renforce chaque jour dans l’idée que la politique doit retrouver le chemin de l’échange fondé sur le respect et la tolérance et susciter la réflexion et l’adhésion, plutôt que la séduction et le « prêt à penser ».

J’espère y apporter modestement ma contribution au travers des lignes qui s’écriront ici. Elles ne vaudront que par vos réponses et les échanges qu’elles susciteront.