Accueil > janvier 2005




Ambitions

J'ai commencé le week-end avec Nicolas Sarkozy, en déplacement à Arras samedi, et l'ai terminé devant "Alexandre" d'Oliver Stone dimanche.

Je ne me hasarderai pas à chercher des parallèles mais je n'ai pu échapper à une réflexion sur les ambitions, le pouvoir.

Dans le film, Philippe de Macédoine prévient son fils "Etre roi, c'est être toujours seul."

Sur ces sujets, j'ai bien aimé le recul et la réflexion d'Alain Juppé,

Arras on line

Je me réjouis de la réussite d'un site indépendant de qualité dans ma ville.

http://www.arras-online.com/

La lecture de leurs forums me confirme qu'il existe une parole, un besoin d'expression qui ne remonte pas toujours jusqu'aux élus.. ou que nous n'entendons peut-être pas.

De même nos réunions de quartiers ne sont pas toujours aussi interactives qu'on pourrait le souhaiter.
Et vous avez vous le sentiment de pouvoir vous exprimer sur l'action municipale ? d'être écoutés ?

Rythme

Pas encore écrit depuis le lancement du blog la semaine dernière.
La faute au rythme de vie, à l’enchaînement des journées de travail et du mandat municipal ?

Et pourtant les sujets ne manquent pas où je voudrais dire mes inquiétudes (le rapport des préfets qui indique que « les Français ne croient plus en rien ») , mes colères (les énièmes provocations de Le Pen à l’approche des commémorations de la découverte d’Auschwitz) mais aussi mes espoirs (le courage et la détermination de Mahmoud Abbas en Palestine).
Des réflexions aussi sur la dignité de Dominique Baudis face à la calomnie et à son écho médiatique.

Peut-être n’ai je pas encore intégré le rythme du blog, son écriture rapide sans recherche de style, qui ouvre sur des questions plutôt que sur des réponses.

Il faudrait pouvoir écrire comme Félix Fénéon et ses « Nouvelles en trois lignes » (Editions Macula), lues ce week-end.

Deux perles, petits instantanés d’actualité de l’époque...et d’humour :

« Les socialistes stéphanois se prononcent contre le cumul. C’est dire à M.Ledin, député, de ne pas rester maire. »

« A Trianon, un visiteur s’est dévêtu et s’est couché dans le lit impérial. On conteste qu’il soit, comme il le dit, Napoléon IV. »

C’est aussi à vous, qui me lirez, par vos commentaires, de donner du rythme à ce blog.

Pourquoi un blog ?

Je suis depuis longtemps convaincu que la façon de faire de la politique doit évoluer avec notre mode de vie quotidienne.

Les supports traditionnels du débat politique : réunions publiques, tracts, affiches ne suffisent plus à répondre à l’enjeu pédagogique que représente une campagne électorale dans une société où l’information et l’image sont omniprésentes.



C’est ce constat qui m’a amené à ouvrir ce site en 2002 à l’occasion de ma campagne pour les élections législatives.

La législation sur le financement électoral et la difficulté de faire vivre régulièrement un tel outil m’ont contraint à le mettre en sommeil, gardant néanmoins une frustration de ne pas être allé au bout de la démarche.

J’ai donc naturellement été intéressé par le phénomène des blogs et si j’avais voulu faire un coup, j’aurais été dans les premiers puisque mon meilleur ami m’y avait sensibilisé depuis plus d’un an.

Mais ma motivation n’est pas d’ouvrir un blog pour être à la mode : je ne me lance pas pour faire parler de moi mais pour parler avec vous. Et ce moyen, plus simple d’utilisation, moins exigeant qu’un site sur le rythme d’actualisation, correspond parfaitement à ma situation d’aujourd’hui : ayant pris des responsabilités professionnelles qui m’accaparent (je suis depuis le 15 septembre responsable de la communication pour le projet de canal Seine-Nord Europe chez Voies Navigables de France) je veux garder une fenêtre ouverte sur mon engagement citoyen, que je puisse alimenter au gré de mes instants libres.

J’aimerais avoir l’occasion d’aborder des sujets plus larges, de faire partager mes convictions mais aussi mes découvertes plus personnelles , en matière de littérature ou de chanson.

Mon mandat d’adjoint à la culture me renforce chaque jour dans l’idée que la politique doit retrouver le chemin de l’échange fondé sur le respect et la tolérance et susciter la réflexion et l’adhésion, plutôt que la séduction et le « prêt à penser ».

J’espère y apporter modestement ma contribution au travers des lignes qui s’écriront ici. Elles ne vaudront que par vos réponses et les échanges qu’elles susciteront.